BREF, J'AI REGARDE UN MATCH DE COUPE DE LA LIGUE

source: chronofoot.com
Aujourd’hui, ce qui plaît aux jeunes, c’est la narration à la Bref: des histoires banales sur le quotidien d'un mec banal, avec des acteurs "banaux" ou "trop frais". Oui, les jeunes martyrisent la langue française. Mais Le Café du Foot (et de la vanne) n'est pas anticonformiste: il veut faire plaisir à ses lecteurs, et suivre les tendances. Si bien qu'un jour peut être, tout le monde reprendra ses expressions, et tu pourras dire “pffff ça va, je connais depuis longtemps, j’étais dans les 500 premiers fans sur FB”, avec une voix très énervante. Mais patience, car pour l'instant Le CDFV n’a que 76 copains Facebook, et ne peut par conséquent que se contenter de copier Bref (en mieux, car il est mieux)*.


“Bref c’était un lundi. J’étais crevé: le week-end avait été agité. Du coup je m’étais dit dimanche soir en me couchant trop tard: “Cette semaine, faut vraiment que je me repose”. Pendant ma quatrième pause clope de la matinée, j’ai reçu un texto. J’étais en train d’expliquer à la nana de l’accueil que ça allait “comme un lundi”, alors je me suis dit que j’aurais l’air plus intéressant en fermant ma gueule et en lisant mon texto. C’était un pote qui me proposait de passer voir le match chez lui. Je savais même pas de quel match il parlait, mais j’ai dit OK. J’ai même dit que j’étais sur le point de l'appeler pour lui proposer. Quand tu regardes du foot avec des potes, il faut jamais avoir l’air d'être celui qui s’y connaît le moins. J’étais content de passer une soirée calme chez lui. J’étais content, du coup j’ai fait comme à chaque fois que je suis content, j’ai dit que je m’occupais des bières.



1ère minute du match: Au supermarché à coté de chez mon pote il y avait une promo sur les packs de 24. Comme j’étais content je me suis dit que c’était une bonne idée, et que ça ferait des provisions pour le week-end.

5ème: Le match venait de commencer. Mon pote avait un reste de Calvados chez lui. Il m’en a proposé, en attendant que les bières rafraîchissent. J’ai trouvé que c’était une bonne idée, j’étais content. On a pris un verre de Calvados, un autre, et un troisième. On a fumé des clopes aussi. J’étais vraiment très content.

20ème: On commençait sérieusement à s'ennuyer et on avait faim. Alors on a sorti la première pizza du four. Elle était pas vraiment cuite. J’avais vraiment faim. J’ai regardé la pizza, j’ai regardé mon pote, il a regardé la pizza qui commençait à couler entre les grilles du four, j’ai pensé qu’il fallait prendre une décision vite, j’ai regardé mon pote, il m’a regardé, Xavier Gravelaine  a crié “oh quelle action, regardez”, on a regardé la télé, en fait il y avait pas d'action, un bout de la pizza a fait “flop” sur le parquet, j’ai dit “Bon c’est pas grave, on la bouffe quand même”, il m’a regardé, il avait déjà un bout de pizza dans la bouche.

23ème: La pizza était vraiment pas cuite, elle était pas bonne, et elle m’a coulé sur les mains et sur la chemise Hubo Goss.

30ème: Xavier Gravelaine a dit qu’un attaquant avait mal joué le coup. Mon pote a dit qu’il était mal placé pour dire ça. J’ai dit “ouais c’est clair” et puis j’ai dit que Xavier Gravelaine c’était le romano de la D1 à l’époque, ça a fait rire mon pote, j’étais content de ma blague. Après je me suis souvenu que je faisais la blague à chaque fois, et qu’il rigolait à chaque fois. Pas grave, j’étais content quand même. Je crois que je commençais à être un pou bourré. Pour être sûr j’ai allumé une clope et repris une bière. J'ai dit à mon pote: "Sacré Xavier, il faisait moins le malin quand il jouait au Mans". Sauf qu'il avait jamais joué au Mans. Partout, mais pas au Mans. Et je suis passé pour un mec qui n'y connaît rien.

50ème: La deuxième pizza était brûlée parce qu’on avait mis le four plus fort. Pas grave on l’a bouffée quand même.

60ème: Ma meuf m’a appelé pour savoir où j’étais. Je lui ai dit que je regardais un match de foot. Elle m’a dit que j’avais déjà maté la télé tout le week-end. Je lui ai dit que c’était pas pareil c’était du rugby et j’avais la gueule de bois. Elle m’a dit que le foot, le rugby, elle voyait pas trop la différence. Je lui ai expliqué que n'importe quel débile ferait la différence, mais en fait elle parlait du fait de regarder la télé tout le weekend. Elle avait raison, ça m’a énervé. Je lui ai dit que c’était pas la peine de s’énerver. Elle m’a dit qu’elle était pas énervée. Elle avait encore raison, ça m’a énervé aussi. Au bout de vingt minutes je lui ai dit que de toute façon le match était presque fini et "je peux te rejoindre". Elle a dit que c’était pas la peine. J’ai dit: “Tant mieux, je vais enfin pouvoir regarder le match tranquille”. En fait, j’avais plus envie de voir le match. J’étais énervé, alors j’ai rallumé une clope. Comme j’avais rallumé une clope, j’ai rouvert une bière.

88ème: Mon pote a éteint la PS3. Il avait gagné mais ma manette déconnait. On a remis le match pour voir le score.

90ème: Il y a eu une interview de Frédéric Thiriez à la fin du match. J’ai dit qu’il devait pas souvent revoir ses interviews à la télé, sinon il aurait vu sa gueule et aurait coupé sa moustache. Ça a fait rire mon pote, très fort. J’étais trop trop content. Je me suis souvenu que celle-là aussi c’était une blague que je faisais à chaque fois. C’était pas grave, de toute façon je commençais à être vraiment bourré et lui aussi, donc on rigolait bien. Du coup j'ai tenté une imitation de Ribéry en disant "Bogoss" plein de fois, mais ça ne l'a pas trop fait rire, même bourré. Pour me reconcentrer, j’ai allumé une clope et demandé à mon pote s’il avait pas du whisky.

173ème: J’étais très très content. Je me suis rendu compte que c’était parce que j’étais très très bourré. J’ai demandé à mon pote si je pouvais dormir chez lui. Il a dit “mais ouaiiiiiiiiiiiis gros”. Et il m’a montré le canap' ou j’avais renversé le cendrier. Il m’a demandé si je voulais une couverture. On était en février, bien sur que je voulais une couverture. Je me suis dit que ça allait être galère et que j’allais rentrer en bus en fait. Il n’y avait plus de bus depuis 5 minutes. Mon pote n’avait pas de couverture, alors il m’a filé une housse de couette, sans couette dedans. Je me suis couché, j’ai eu froid, il y avait trop de lumière, je me suis levé 17 fois pour boire de l’eau.






Voilà, on est mardi matin, il était 07h50 quand je me suis réveillé, j’ai fermé les yeux le temps de compter jusqu'à 20, il était 08h55 quand je les ai rouvert. Je suis en retard pour aller au boulot, ma semaine est foutue, mon équipe a perdu hier contre Arles-Avignon, on n’a plus d’alcool pour ce week-end, je sens mauvais, ma propre haleine me dérange, et j’ai des taches d’huile sur la manche de ma chemise. Bref, j’ai regardé un match de Coupe de la Ligue.”


* Le Café du Foot (et de la vanne) aurait pu préférer une parodie vidéo de Bref, mais il n'a pas les moyens, et ses acteurs sont vraiment très moches.





4 commentaires:

  1. Haha, version papier bien marrante! En vidéo ça doit le faire grave!

    RépondreSupprimer
  2. Très drôle même si en Coupe de la Ligue, y'a pas d'équipes d'amateurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait exact et ça nous donne l'occasion de faire une petite vanne sur Arles-Avignon.

      Supprimer

VOUS ETES LE EME VISITEUR, SOIT LE NOMBRE DE PARRAINAGES RECUS PAR PIERRE-ALAIN FRAU EN VUE DE LA PRESIDENTIELLE 2012, MALGRE LE FAIT QU'IL NE SOIT PAS CANDIDAT.
annuaire blog Référencement google | Encre imprimante Regime rapide | sex toys Annuaire BlogueParade.com